samedi 11 février 2012

Rencontres, retrouvailles, solitude...


photo de Sarah

Bon, comme prévu, que des imprévus!!!
Et c'est aussi pour ça que je n'ai rien posté depuis quelques temps: pleins de changements, de plans, de motivation, de compagnie...
Burano
Burano
Premier évènement notable, l'arrivée de 3 Bâlois en bus VW à l'auberge de Pula: je vais passer quelques jours avec eux, entre bars, restaurants, et chambres d'auberges, souvent avec la guitare, toujours en (suisse-)allemand, et toujours à bien se marrer. On a fait 2 jours à Pula avant de partir vers Rijeka, où il ne faisait pas plus chaud, le vent était tout aussi tempétueux, mais l'auberge un peu plus confortable. On arrive quand même à se motiver à sortir, le dernier jour, pour aller se balader dans le parc naturel Ucka. Le vent ne laisse pas tout le monde continuer jusqu'au sommet, mais on arrive au Vojak, 1400m, avec Christophe, et l'ambiance est mythique. Pour vous qui êtes en plein hiver (voire plus), ça n'a rien d'incroyable, mais dans un pays où il est censé faire beau et chaud (du moins c'est ce qu'on s'était dit), la neige et les rafales donne une certaine ambiance à la vue sur la mer.
Il continuent ensuite vers le sud pour chercher le chaud (qu'ils ne trouveront pas...), et moi je pars dans l'autre sens pour passer 5 jours à Venise avec Sarah. Ca fait du bien de se retrouver, c'est une super ville, mais il fait toujours aussi froid!
J'adore le concept des canaux, et surtout du "pas de voiture", mais je craque surtout sur les couleurs des maisons de Burano.
La journée sans vent et ensoleillée nous permet même de se faire une fondue sur la plage, que c'est bon le fromage suisse, même sur la plage!!



La tempête sur la plage
Après ces quelques jours à penser à rien, me voilà reparti seul sur les routes de mon voyage, qui me mènent à Bohinj, au sud du Triglav, en Slovénie. Ben oui, c'est un bon hiver, faudrait voir pour ne pas nier les saisons!
Sauf qu'ici, il n'y a pas beaucoup de neige apparemment. Par contre, la glace, il y en a, et comment! Je vais marcher le long d'une gorge, et repère des dizaines de cascades grimpables, voire en plutôt bonne conditions. Au fond du vallon, une très longue cascade attire mon attention: et pour cause, j'y vois plus tard 4 grimpeurs. Malheureusement je suis seul, et le bas du vallon va me suffire. En effet, je commence à voir la difficulté du voyage seul, surtout quand on est un peu hyperactif. A toutes mes "visites", j'oublie tout ça, mais dès que je me retrouve seul, il faut beaucoup plus réfléchir pour faire des trucs sympas, et le partage se révèle comme l'une des valeurs les plus importantes à mes yeux. Donc je vais essayer de faire quelques trucs ici ces prochains jours, et selon les émotions et les réflexions, mes plans vont un peu, beaucoup, ou énormément changer!

1 commentaire:

  1. Profite bien, ici la Pissevache est en condition pour la cascade de glace.
    - Julien

    RépondreSupprimer