mercredi 21 mars 2012

But aux Dentelles, Buoux nous appelle



Malgré mon retour en Suisse, ce lundi matin n'annonce pas la reprise du boulot, des cours, ou d'autre chose de régulier et donc peu motivant. Au contraire, départ vers le sud, et plus précisément les Dentelles de Montmirail. La halte en Isère est courte et efficce, malgré le bordel que mon nouveau copilote Jean Charles vient de tétrisser dans la petite Doblo, ou plutôt le camion, pour nos amis de la France.
Buoux et tous ses secteurs mythiques

Rose des Vents, Rose des Sables
Vincent s'offre cette belle ligne de Buoux
Le Mistral est de plus en plus fort à mesure que l'on s'approche de notre but. Et quel but! Au col du Cayron, il est insoutenable. On part quand même en repérage. Quelques beaux spots (ventilés) comme la brèche annoncée par Cédric, mais ce qui nous avait l'air majeur est beaucoup trop court. On se retrouve à cette brèche avec Vincent de Montpel, et on se motive à traverser vers la chaîne du Clapis pour repérer d'autres spots. Malheureusement pour nous pas vraiment de chemin, et on va jouer aux sangliers pendant quelques heures, sans spot majeur (quoique), mais surtout en réalisant petit à petit que le vent est beaucoup, beaucoup trop fort.
Essai de passer au sud pour la nuit, mais le matin le vent est plus fort que nous, emporte crash-pad, assiettes et cuillères, et nous fait fuir à Buoux pour une superbe journée de grimpe. Pas trop mal comme destination de réserve!? Pour ceriser le gâteau, je m'offre à vue LA voie que je voulais faire ici, La Rose des Sables, 7a majeur et mythique, du sommet duquel va d'ailleurs partir la ligne qui nous occupera demain.
La Rose des Vents, 23m pour un petit 40m de haut, est très, très tendue. Je l'ouvre sans plus d'aisance que ça pour le chongo sur string, et c'est parti pour une bonne journée de slack au soleil, avec comme objectif secondaire de rendre la ligne quelque peu plus molle pour qu'elle soit plus agréable^^
Vincent nous quitte déjà ce soir, et demain point-météo pour décider de la suite...

Jean-Charles


Vincent

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire